en
ro
fr
esp
Musique:
manele noi
muzica noua
manele noi
muzica noua
manele
muzica romanesca noua
manele noi
manele noi
filme noi online
muzica noua
muzica noua
filme online


TOURS A THEMES - Delta du Danube
HOTEL FLOTTANT DANS LE DELTA DU DANUBE


Delta du Danube- une contrée exotique avec plus de 1200 espèces d’arbres et de plantes,

 avec une des plus riches faunes ornithologique du continent – plus de 300 espèces, parmi lesquelles des colonies uniques de pelicans et ithiologique- représentant environ 100 espèces, dont le hareng du Danube et les esturgeons dont est issu le caviar.

Le Delta du Danube est la plus grande réserve humide d’Europe, recouvrant une surface de 2681 km2. En 1990 l’UNESCO  a inclus le Delta de Danube, la forme de relief la plus jeune de Roumanie, protegée des « progrès de l’industrialisation », parmi les réserves de biosphère.

Nous vous offrons l’opportunité d’un séjour unique et atypique dans le Delta du Danube, en hotel flottant.
Le programme en hotel flottant 4* convient aux groupes constitués d’au minimum 10 personnes.
Les itinéraires très variés se déroulent entre 1 et 8 jours, avec tous les services inclus a bord : cabine confortable a 2 lits avec salle de bain/wc privée, repas en pension complète avec specialités de la région , pris au restaurant à air climatisé ou sur la terasse , excursions en barque dans les zones moins facilement accessibles, guide specialisé , personel qualifié, TV, bar etc...
Si vous souhaitez découvrir le Delta en profondeur et dans d’excellentes conditions, l’hotel flottant est la solution idéale.
Pour les groupes de maximum 6 personnes, nous pouvons organiser des excursions en chaloupe ou petit bateau de 3* avec hébergement et repas à bord.
Pour les programmes detaillés, tarifs et informations, n’hésitez pas à nous contacter.

 
Là où le plus puissant fleuve d’Europe s’abandonne à la mer, un vaste milieu d’une richesse biologique extraordinaire s’est créé :  le delta du Danube. Un horizon de roseaux échevelés, grouillant d'une vie qui paraît fabuleuse aux naturalistes désabusés que nous sommes, accoutumés à une nature étriquée

 

 Le delta du Danube commença à se former il y a treize mille ans environ, lorsque le golfe où se déversait le fleuve se vit étranglé par un cordon de dunes. Ralenti dans sa course, le Danube se mit à déposer sur place les sédiments qu’il transportait. Une immense plaine alluviale se dessina peu à peu, périodiquement remodelée par les crues, les tempêtes, les allées et venues de la mer.

Actuellement, 20,5% de la surface du delta gisent sous le niveau de la Mer Noire. La profondeur maximale, enregistrée dans un des grands bras du fleuve, est de 39 m. Le point culminant de la plus haute levée est à 12,4 m. Sur ces 51 m de dénivellation, une extraordinaire mosaïque de milieux naturels s’est installée.

Les grands bras du Danube sont au nombre de trois : bras de St Georges, de Sulina et de Chilia. Ils ont été rectifiés pour la navigation, mais présentent encore plusieurs tronçons naturels. Pour la circulation des eaux, ils sont secondés par différents canaux naturels ou artificiels. On compte également une multitude de lacs et bras secondaires où les eaux sont stagnantes. Ils occupent environ 10% de la superficie. Plusieurs lacs sont de taille considérable, dépassant les 1.000 ha.

Grèbes jougris, guiffettes noires et moustacs, sternes pierregarins, pélicans blancs et frisés, parmi tant d’autres, nichent dans ces milieux, alors que hérons et aigrettes, grands cormorans et cormorans pygmées, pygargue à queue blanche… y cherchent leur nourriture.

La brème, la carpe, le carassin, le sandre abondent. Raréfies par une pêche excessive et par l’enrichissement des eaux dû aux effluents, le brochet, la perche, la tanche, le silure et divers esturgeons y trouvent encore refuge. Les plantes aquatiques sont légion : myriophylle, nénuphars blanc et jaune, plantain d’eau, sagittaire, butome…

Les zones marécageuses sont soumises à d’importantes fluctuations du niveau d’eau : plus d’un mètre, selon les saisons. Infinies, impénétrables, les roselières ondulent à plus de 3m de hauteur, hébergeant des multitudes d’oiseaux : rousserolles, luscinioles et phragmites en pagaille, hérons pourpré ou crabier, butor et blongios, ibis falcinelle, busard des roseaux, nette rousse, fuligule nyroca … Elles offrent aux poissons d’excellentes zones pour frayer, et abritent la loutre ainsi que le vison d’Europe.

Les « plaurs » constituent un écosystème original : des îles flottantes, couvrant parfois plusieurs km² et formées de l’entrelacement des rhizomes et racines. Ils accueillent bon nombre d’amphibiens et reptiles : grenouilles rieuse et agile, rainette, crapaud vert et sonneur à ventre de feu, cistude d’Europe, couleuvre à collier…

Les terres émergées sont constituées de levées sablonneuses façonnées par le fleuve ou la mer, ainsi que des digues érigées par l’homme. Outre les franges de saules naturels et de peupliers plantés, elles supportent de luxuriantes forêts de chênes, frênes, ormes, peupliers trembles où se réfugient le chat sauvage et quelques loups. Au long des berges, les grands arbres forment de majestueuses voûtes abritant les nids des cormorans, grandes aigrettes et aigrettes garzettes, spatules blanches, faucons hobereaux et kobez, loriots, rolliers, rougequeues à front blanc, rossignols prognés, pics cendrés…

D’autres levées se présentent au contraire comme des steppes caillouteuses, offrant les conditions d’existence idéales pour la tortue grecque ou l’oedicnème criard.

 

Les alentours

Le delta lui-même est environné de zones de haut intérêt biologique. Ainsi, le complexe lagunaire de Sinoie-Razim et les marais d'Istria où se reproduisent la sterne hansel, la glaréole à collier, la panure à moustache, pour ne citer que quelques espèces.

Sur la plaine côtière, s’étendent des lacs salés où se rassemblent, après la nidification, des milliers de canards et chevaliers. La mouette mélanocéphale y a également installé une colonie de reproduction. La steppe à armoise environnante est parsemée des terriers du spermophile d’Europe, ou souslik.

Vers la frontière ukrainienne, la forêt et les campagnes permettent d'observer aigles botté et pomarin, pics syriaque, tridactyle, à dos blanc, guêpier d’Europe, fauvette épervière …

Enfin, les plages … Nous qui sommes si accoutumés aux immeubles, brise-lames et chocolats glacés, comment imaginer un rivage naturel et sauvage ? Solitaires, interrompues de dépressions humides, les plages du delta se dirigent lentement, comme indécises, vers la Mer Noire. Au saut d’une dune, on rencontre un groupe de sternes, des gravelots ou un petit troupeau de vaches incrédules. A quelques encablures, les barques des pêcheurs jouent avec les vagues…

 

Décadence et grandeur retrouvée

Comme en témoignent les nombreux vestiges archéologiques, la zone du delta du Danube est depuis longtemps occupée par l’homme. Ce qui était décrit par Hérodote comme un univers quasi impénétrable commença à s’ouvrir au début du 19è siècle, avec les travaux de canalisation du bras central (Sulina) et le creusement de canaux pour rendre accessibles les lacs. L'exploitation à grande échelle ne débuta cependant qu'en 1956. Pêche et pisciculture intensives, exploitation des roseaux,extraction des minerais (terres rares), plantations massives, endiguements et drainages à but agricole prirent, dans les années ’80, des proportions désastreuses, combinées avec la pollution croissante des eaux du fleuve.

En 1990, heureusement, à la chute de Ceaucescu, le gouvernement roumain décida la création de la Réserve de la Biosphère du Delta du Danube. Actuellement, des efforts sont faits pour concilier tourisme, agriculture, sylviculture, pêche et protection du patrimoine naturel. De vastes zones drainées, qui se sont rapidement révélées sans aucune valeur agricole, sont remises sous eau et rendues à la vie sauvage.

Malgré l’aide de pays occidentaux, dont l’Allemagne, il faut cependant reconnaître que la Roumanie manque de moyens pour concrétiser sa politique de protection. Pêche illégale, braconnage ou dérangements sont hélas encore monnaie courante.

La qualité des eaux du Danube est un facteur que la Roumanie ne peut contrôler seule : le fleuve reçoit les effluents de 9 pays et 80 millions d’habitants. Tant qu’il reste vigoureux, le delta en assure cependant une efficace épuration naturelle. Ainsi, par exemple, la pollution aux cyanures de la Tisza, affluent hongrois du Danube, en l'an 2000, fut beaucoup plus remarquée sur les premières pages des journaux que dans le delta lui-même.

Malgré quelques cicatrices, le delta du Danube reste un des plus précieux joyaux de la nature en Europe.

 

 

 

 

Le delta du Danube en chiffres

 

               

le Danube : 2.850 km de long, un bassin versant de 815.000 km

               

un delta de 6.500 km² (second rang européen derrière la Volga), dont 80% en territoire roumain, déversant en moyenne dans la Mer Noire 8.000 m³ d’eau par seconde et 80 millions de tonnes de sédiments par an

               

une roselière ininterrompue de 2.700 km², la plus vaste du monde

280 espèces d’oiseaux, 75 espèces de poissons, 1150 espèces végétales

le delta héberge 60% de la population mondiale de cormorans pygmées, 50% des pélicans blancs d’Eurasie, entre 11 et 70% des populations d’ardéidés (hérons et aigrettes), 30% des ibis falcinelles d’Europe

HOTEL FLOTTANT DANS LE DELTA DU DANUBE HOTEL FLOTTANT DANS LE DELTA DU DANUBE
Ok
LEGENDES DE TRANSYLVANIE
Détails
VINS DE L'EST
Détails
RANDONNEE AUTOUR DES CARPATHES
Détails
AUTOTOUR
Détails
Tziganes: weekend chez les Roms
Détails
LE VOYAGE DECALE EN ROUMANIE MOLDAVIE ET TRANSNISTRIE
Détails
TEMPS
E
E